Produits liquides

Grâce à ses propriétés et composants avantageux, la mélasse sert de produit de fourrage à presque tous les animaux ; également sucrée, elle améliore la consommation de fourrage et permet un apport énergétique à la fois élevé et rapide. Dans les produits de fourrage, la vinasse peut également favoriser l’enrichissement protéique en tant qu’agglutinant et que stimulant d’appétit. La glycérine brute joue également le rôle de fournisseur énergétique. Incolore et douce au goût, elle peut favoriser la consommation de fourrage. 

Mélasse Mélasse de betterave sucrière Vinasse Glycérine brute

Mélasse

Sous-produit issu de la fabrication de sucre de canne à sucre et de betterave sucrière, la mélasse est un sirop de sucre marron foncé visqueux (à haute viscosité). La mélasse contient du sucre, mais aussi des acides organiques, de la bétaïne, de la vitamine et des sels inorganiques. Le sucre résiduel dans la mélasse est la partie dont la cristallisation n’est plus rentable.

La mélasse est un produit naturel qui, une fois produit, ne peut plus être modifié avec de l’eau, sauf par évaporation/standardisation.

En tant que produit naturel, la mélasse est soumise à différents facteurs agissant sur la qualité :

  • Période de végétation du produit de départ
  • Conditions climatiques durant la période de végétation
  • Propriétés de la surface cultivée/engrais/destruction des parasites
  • Date de récolte et de transformation
  • Conditions de fabrication / aides au processus

D’une manière générale, la qualité de la marchandise est susceptible de varier d’une année à l’autre. Il convient de noter que les sucreries sont toujours plus performantes, que les rendements sucriers à base de betterave et de canne à sucre augmentent et que, par conséquent, la teneur en sucre résiduelle de la mélasse diminue. 

Quelque 10 millions de tonnes de mélasse de betterave (Europe, Amérique du Nord) et environ 65 millions de tonnes de mélasse de canne à sucre (Amérique du Sud, Asie, Afrique, Australie) sont produites chaque année.

La viscosité dépend fortement de la température et varie d’une sucrerie à l’autre. Le produit présente une couleur marron à noir foncé. Le traitement de la mélasse permet d’obtenir le type de mélasse déjà mentionné, mais aussi d’autres dérivés. Les dérivés sont visuellement semblables à la mélasse, mais différents par leur couleur, leur consistance et leur viscosité. Une différence existe toutefois au niveau des composants, ce qui influe sur l’utilisabilité.

Mélasse de betterave sucrière

La qualité de la mélasse de betterave sucrière varie fortement selon différents critères : zone cultivée, engrais utilisé, évolution de la période de végétation sucrerie transformant la betterave sucrière et les aides au processus. Les régulières améliorations de la fabrication de sucre dans le cadre du processus de transformation d’une sucrerie sont en outre à l’origine de variations – même au cours d’une campagne – de la composition et de la consistance de la mélasse qui est un sous-produit. 

Du point de vue de l’utilisation, les composants mentionnés ci-après déterminent aussi largement la qualité. 

La teneur en sucre de la mélasse de betterave sucrière est qualifiée de polarisation ou sucre total et la teneur en eau de teneur en substance sèche ou de pourcentage Brix. 

Sous une forme non standardisée, la mélasse peut afficher des variations au sein des plages de qualité suivantes :

Polarisation directePolarisation directe
Invert0 < 1,5
Pourcentage Brix73 à 86 %
Cendre5 à 8 %
Protéine brute8 à 12 %

Deux normes commerciales s’imposent :

  • Mélasse de betterave sucrière, 47 % mini de sucre total, sinon sain, d’usage commercial
  • Mélasse de betterave sucrière, 42 % mini de sucre total, sinon sain, d’usage commercial

*En tant que produit naturel, la betterave sucrière est soumise à différents facteurs déterminant la qualité, notamment les conditions climatiques durant la période de végétation, la qualité des surfaces cultivées, l’emploi d’engrais ou d’insecticides, mais aussi les conditions de fabrication et le recours à des adjuvants. La qualité des produits est donc susceptible de varier d’une année à l’autre. 

Vinasse

Le mot vinasse provient du mot latin vinacaeus qui signifiait à l’origine levure de vin. Le terme fut employé au début du 20ème siècle pour qualifier la mélasse de betterave sucrière épaissie et fermentée en Europe. Au même titre que la mélasse, la vinasse est un sirop marron foncé comparable au miel ; il s’agit d’un sous-produit de la fabrication par fermentation dont la matière première est la mélasse. 

Les qualités de la vinasse sont très variables selon que la matière première du processus par fermentation est du jus de betterave, de la mélasse de betterave, du sirop, du jus de betterave crue ou d’autres sources d’hydrate de carbone. Sans oublier les caractéristiques techniques de l’installation de fabrication et la quantité d’énergie utilisée pour l’évaporation de l’eau du processus de fermentation.  

La vinasse est un sous-produit d’installations de fermentation qui produisent de l’alcool, de la levure, de l’acide citrique, de l’acide lactique ou du glutamate de monosodium. La quasi-totalité du sucre résiduel est extraite des matières premières des processus de fermentation. La proportion de composants d’origine de la matière première utilisée s’en trouve modifiée.  

Les qualités de la vinasse varient dans les plages suivantes :

Azote N1,9 à 6,4 %
Protéine brute selon Kjiedahl ( N x 6,25 )12 à 33 %
Cendre4 à 21%
Substance sèche45 à 72%
Potassium1 à 11%

Selon sa qualité, la vinasse se retrouve dans les produits de fourrage, les additifs pour pellets, les fixateurs de poussière, mais aussi de plus en plus comme engrais organique. 

*En tant que produit naturel, la betterave sucrière est soumise à différents facteurs déterminant la qualité, notamment les conditions climatiques durant la période de végétation, la qualité des surfaces cultivées, l’emploi d’engrais ou d’insecticides, mais aussi les conditions de fabrication et le recours à des adjuvants. La qualité des produits est donc susceptible de varier d’une année à l’autre. 

Glycérine brute

La glycérine brute est un sous-produit de l’estérification d’huiles végétales en biodiesel. Les qualités de la glycérine brute varient en fonction de l’installation de production, de la matière première utilisée et du processus de fabrication.  La couleur est influencée par le choix d’huile végétale destinée à la fabrication. C’est ainsi que la glycérine brute issue de l’huile de tournesol est en général plus claire que celle issue d’huile de soja.  

Du fait de leur utilisation, les composants mentionnés ci-après sont considérés comme fortement déterminants pour la qualité, sachant que la distinction entre OGM et non-OGM est toujours plus marquée.

Les qualités de la glycérine brute varient dans les plages suivantes :

Glycérineenv. 80 à 86%
Eau< 15%
Méthanol< 0,2%
Valeur pH4-6

* Mentionné dans la liste positive pour aliment simple sous glycérine brute végétale 12/07/2003

Retour haut de page